Une année de césure, pour quoi faire ?

Faire une année de césure, en voilà une bonne idée ! D’ailleurs, certaines écoles, en particulier des écoles de commerce, commencent à les rendre obligatoires pour leurs étudiants. Encore faut-il bien réfléchir à son projet, et bien la préparer. Alors, une année de césure, qu’est-ce que c’est exactement ? à quoi ça sert ? et combien ça coûte ?

 

C’est quoi, une année de césure ?

Une année de césure, ou un semestre de césure, c’est un temps de suspension de sa scolarité, mise à profit pour mener à bien un projet personnel. Ce projet peut avoir plusieurs visages bien différents (stage, formation, service civique…), mais il faut bien vous assurer qu’il apporte quelque chose à votre CV. Il ne s’agit pas de rester tout ce temps les doigts de pied en éventail sur la plage ou dans votre chambre !

Cette possibilité, favorisée par une circulaire de juillet 2015, est ouverte théoriquement à tous les étudiants, sauf en fin de M2. Y compris aux étudiants des universités, même si celles-ci communiquent moins que les écoles à ce sujet !

Pour en bénéficier, il vous faudra contacter votre établissement avec un projet (sous la forme d’une lettre de motivation), afin d’obtenir l’autorisation de suspendre temporairement votre formation. En contrepartie, vous devrez sans doute produire un retour d’expérience au moment de reprendre votre scolarité, sous la forme d’un rapport de stage par exemple. Durant le temps de votre césure, vous conserverez votre statut d’étudiant.

Et à quoi ça sert ?

Donc, prendre une année de césure ne présente pas de risque majeur quant à sa scolarité, ce qui est bien le but de la circulaire. Mais à quoi ça sert ? Voici quelques exemples :

Devenir bilingue

Partir à l’étranger pour y étudier, y faire un stage ou y travailler vous permettra de devenir rapidement bilingue, tout en vivant une expérience loin de chez vous, hors de votre zone de confort. Pas facile, mais extrêmement enrichissant !

Compléter sa formation

Vous pouvez aussi utiliser votre année de césure pour vous former dans une autre branche, afin d’acquérir des connaissances et un profil uniques.

Tester un métier, un domaine professionnel

Beaucoup d’étudiants profitent de cette période pour faire un stage long, ou deux stages différents de six mois, afin d’acquérir de l’expérience, et aussi de vérifier leur appétence pour un domaine d’activité ou un autre, avant de choisir leur spécialité de master par exemple.

Mener à bien un projet qui vous tient à cœur

Enfin, d’autres en profitent pour mener à bien un projet qui leur tient à cœur avant d’entrer dans la vie active : service civique, projet humanitaire … C’est aussi un bon moyen d’acquérir une première expérience professionnelle, en allant vers les missions en adéquation avec sa formation. Être utile aux autres, mais sans s’oublier !

Les plus entreprenants pourront même profiter de cette année pour lancer leur entreprise !

Dans tous les cas, l’année de césure vous permettra de mûrir, et d’enrichir votre CV d’une ligne qui peut faire la différence, que ce soit par l’expérience acquise, ou par ce qu’il montre de votre sens de l’initiative, de votre autonomie, de votre mobilité.

C’est intéressant … mais combien ça coûte ?

Cela peut vous coûter de l’argent, ou vous en rapporter. Tout dépend de votre projet, et de votre établissement ! En effet, certaines écoles font payer l’année de césure au titre d’une année de formation, tandis que d’autres suspendent aussi les paiements. Les universités, elles, font payer les frais d’inscription habituels aux non-boursiers.

Si vous partez à l’étranger pour étudier, cela vous coûtera cher : frais de  scolarité généralement élevés, logement, frais du quotidien, voyage … Si vous y partez en stage, vous pourrez être rémunéré, et rentrer ainsi dans une partie de vos frais .

La rémunération des stages en France est assez bien encadrée, et vous pouvez prétendre à une gratification minimum de 25,20 €/ jour travaillé (soit 504 € pour un mois de 20 jours travaillés), et selon votre niveau d’études et votre secteur, négocier des gratifications plus importantes.

Quant au service civique, il fait aussi l’objet d’une indemnité obligatoire de 470 € / mois, avec un bonus de 106€/ mois pour les boursiers à partir du 5e échelon et les membres d’un foyer bénéficiant du RSA. De plus, la structure employeuse doit une indemnité de 106€/mois, qui peut être accordée en nature (titres de restauration …).

Comment procéder ?

Si le projet d’une année de césure vous intéresse, ne vous y prenez pas au dernier moment ! Prenez contact avec votre établissement pour connaître sa politique en la matière, et ses attentes à l’égard des étudiants volontaires pour la césure. Attention : certains établissements demandent un projet quasiment bouclé dès le 31 mars pour la rentrée suivante !

Et bien sûr, préparez très soigneusement le projet lui-même : que voulez-vous faire précisément ? où ? quand ? avec quel objectif ? grâce à quel financement ?  Prenez des contacts, pensez que pour les projets à l’étranger, vous pouvez être soumis à des procédures administratives assez lourdes … donc ne perdez pas de temps … Mieux vaut s’y prendre un peu tôt, que trop tard !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *